Juliette Dupuis Carle est une photographe documentaire. Engagée et sensible, elle est fascinée par les personnalités et les comportements autour d'elle.
Son travail documentaire se concentre sur des séries de portrait et nature.

Capture d’écran 2021-10-19 à 23.23.31.png

5 chiffres clés qui en disent assez. 


 

Dans le monde, une femme sur trois
sera au cours de sa vie victime de violences

physiques ou sexuelles.

 

En France, une femme sur trois

déclare qu’un partenaire lui a déjà fait subir

un rapport sexuel non protégé malgré son désaccord. 

 

En France, 93 000 femmes sont victimes

de viol ou tentative de viol par an. 

 

Moins de 10 % des victimes de violences

sexuelles et sexistes trouveraient la force

mentale pour porter plainte.

 

60 à 80% des femmes victimes de violences sexuelles

pourraient développer un état de choc post-traumatique. 

 

Sources : noustoute.org ; fondationdesfemmes.org

 

Autrement dit, 

Nous connaissons tous.tes une femme qui a subi des violences sexuelles. 

Nous connaissons tous.tes une femme qui souffre en silence de troubles traumatiques : culpabilité, honte, colère, détresse émotionnelle, flashbacks, anxiété et dépression, pour n’en citer que quelques uns. 

 

En France, les violences sexuelles ont augmenté de 33 % en 2021.

5. Logo-fond transparent.png

  Le projet

En référence à la statistique mondiale qu’une femme sur trois, dans sa vie, va être victime de violences sexuelles, la série Une sur Trois présente, grâce à la photographie, les symptômes post-traumatiques que ces agressions peuvent avoir comme impacts sur une vie.

À travers son objectif, la photographe Juliette Dupuis Carle veut donner la parole aux corps et aux âmes, de femmes victimes de violences sexuelles. Grâce à l’art, elle souhaite exprimer leurs maux et leurs peurs. Montrer avec l’Art et la douceur, les douleurs quotidiennes, cachées et trop souvent mises sous silence alors qu’elles sont vécues par, au moins, une personne sur six.

Il s’agit aussi de faire comprendre aux personnes isolées qu’elles ne sont pas seules et que ce qu’elles vivent est normal. Aider ces personnes à survivre face aux violences vécues et permettre de construire une société sans ces violences.

Réparer les violences tout autant que les faire disparaître pour les prochaines générations.

Retour sur l'exposition de mars 2022 à Paris

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube

© Juliette Dupuis Carle